News

Next Art Fair

BAD Bodeaux - 07/07/2022 -> 10/07/2022

Next Solo exhibition

Vietnam Art House, The Hague, The Netherlands - 15/09/2022 -> 06/10/2022

Next Group Show
Sàn Art - Ho Chi Minh City - in September 2022

The sale of works in France and Hong Kong will be done exclusively through the A2Z Art Gallery.

Presentation

Bao Vuong was born in Vietnam at the end of the 70s. Barely a year old, he fled with his parents by sea. Like thousands of boat people, he and his family wandered, tossed about in refugee camps. Refugee camps to find a land of welcome.

The paintings of Bao Vuong are totally black, they are both realistic and abstract. It’s a projection of a trauma, a projection of the nights in the open seas spent by his family on the run, the same nights that hundreds of thousands of refugees have lived through the centuries and still know each day. Forsaken in the dark, without a clue. Darkness increases imminent death and swallows all those that have sacrificed and lost everything worth living. Black paint awakens fears associated with exile, while reflections of light on the paint strokes represent shimmers of hope that give birth to a survival instinct, echoing the promise for a better world.

The Crossing est une épopée esthétique et cathartique dans laquelle nous embarque l’artiste franco-vietnamien Bao Vuong. 

 

Dès que nos regards effleurent les vagues généreusement sculptées dans la matière, l’émotion se fait jour, puis nous submerge au gré des reflets changeants accompagnant nos déplacements autour de l'œuvre; nous faisons corps avec cette matière épaisse, tumultueuse, tour à tour abrupte, généreuse, âpre, subtile et contre toute attente, lumineuse. 

Face à l’immensité où se confondent la mer et le ciel, la beauté se révèle, la contemplation nous gagne, l’humilité s’impose. 

 

La nuit des peintures de The Crossing nous renvoie à nos errements existentiels, aux épreuves traversées, aux peurs d’anéantissements, aux moments sombres que nous devons franchir et dépasser. 

Si cette œuvre émerge de l’histoire personnelle de l’artiste, le travail de la lumière et de la matière nous renvoie à nos capacités de dépassement et de résilience.

« La traversée » de l’artiste devient la nôtre. Notre passé collectif, tel une mer commune, nous porte avec espoir vers l’horizon, dans l'alternance oscillant entre l'ombre et la lumière.

 

Braque disait : « L’art est une blessure qui devient lumière ».  Avec The Crossing, Bao Vuong le démontre avec justesse et enchantement.

 

 

C’est à la fin des années 70, que Bao Vuong, alors âgé d’un an, fuit le Vietnam encore meurtri par la guerre, dans les bras de sa mère. Sur un bateau de fortune, par la suite nommé "boat people",  Bao et 200 autres personnes survécurent 11 mois en mer et en camps de réfugiés, comme des milliers d’autres exilés. 

Bien des années plus tard, après avoir été formé aux Beaux-Arts en France, Bao retourne dans son pays natal, et se met alors à travailler sur la mémoire de ses parents, de ses racines perdues, sur les traces d'une mémoire à recomposer.  Bao a commencé à peindre en utilisant du goudron pour représenter les boat-people, en souvenir de l'odeur du moteur de la cale dans laquelle ils étaient enfermés durant les traversés tel que lui racontait sa mère. "C'est comme si cela s'était imprimé dans ma mémoire" dit Bao Vuong. Et c'est à partir de cela que la peinture à l'huile s'est imposée à lui de façon inconsciente. C'est au couteau que  Bao peint chaque vague, des milliers de vagues, progressant  dans la matière noire et épaisse comme pour déposer le lourd poids du drame de l'exil.

Il peint la lueur de la nuit, noir sur noir, avec pour seule variation les différentes tonalités de brillance et de matité que peuvent permettre les écritures de la peinture. Bao Vuong peint entre abstraction et figuration, entre peinture et sculpture, entre ciel et mer

Exhibits

Solo Shows
2021 - A2Z ART Gallery, Paris / France (from 16/12/21 to 06/01/22)
2020 - "The Crossing -Paris " at A2Z ART Gallery, Paris / France
2019 - “Another crossing“/”XUYEN” at Manzi , Hanoi / Vietnam
2018 -  “The Crossing - Saigon” at Arts Ventures Gallery , Ho Chi Minh City / Vietnam
2016 - “A Travers" at l’Espace, French Institut, Hanoi / Vietnam


Group Exhibitions

2022 - International Art Fair “ART PARIS”, Grand Palais Ephémère, Paris / France

2021 - International Art Fair ASIA NOW, Salons Hoche, Paris / France

2021 - International Art Fair “ART PARIS”, Grand Palais Ephémère, Paris / France

2021 - Group exhibition at La Tour de Sel, Calvi / France
2020 - “Unlearning”, curated by David Willis at Richard Kho Fine Art, Singapore

2020 - International Art Fair ASIA NOW, Paris/France
2020 - “FALSE” at A2Z Art Gallery, Paris / France
2018 - "All Animals Are Equal» at A Farm Ho Chi Minh City / Vietnam
2017 - “Festival Krossing-Over” at Museum of Fine Arts, Ho Chi Minh City / Vietnam
2017-  “NGUCHONOBAY” at Galerie Quynh, Ho Chi Minh City / Vietnam

Press

201712101557443t-teleramajpg.jpg

 

TÉLÉRAMA

n° janv 2022

   The Crossing» est un ensemble de toiles de l'artiste franco-vietnamien Bao Vuong, qui représentent les variations d'un paysage suspendu entre ciel et mer. La nuit est noire, profonde. Devant certains de ces tableaux, on sent bouger les flots, jusqu'au vertige. Peintes au couteau, jouant sur la lumière et l'épaisseur de la matière, ces œuvres sont d'un réalisme saisissant, même si elles tendent aussi vers l'abstraction. Bao Vuong a fui le Vietnam à la fin des années 70 sur un bateau de fortune, dans les bras de sa mère. De retour dans son pays natal, après des études aux Beaux-Arts de Toulon, l'artiste veut replonger symboliquement dans cette expérience pour mieux la dépasser.

Cette «traversée» fait écho aux épreuves universelles à surmonter.

Un travail exceptionnel.

BAO VUONG, ARTISTE FRANCO-VIETNAMIEN QUI "FAIT PARLER LA MER" EN NOIR

AFP

Janvier 2022

(...)    Par un extraordinaire jeu d'ombres et de lumière, amplifié par des spots lumineux situés au-dessus des tableaux, les vagues et leurs remous donnent à voir un océan infini, étincelant, dans lequel l'observateur prend la place des exilés, à bord d'une embarcation. L'expérience hypnotise.

Du noir profond, jaillissent l'écume et des éclats lumineux, scintillant comme des diamants, mêlés aux reflets de la lune: "cette lumière est comme un phare intérieur que chacun porte en lui et qui nous guide dans les moments les plus difficiles"  (...)

Paru entre autre dans : 

arte.jpg
logo-obs.png
l-express.png
1200px-RTL_logo.svg.png
91707292_1308636452674365_3824896216513118208_n.png
Logo_BFM_TV_(2019).png

MIDNIGHT OIL

by Mike Steyels

Neo Cha

February 15, 2022

(...) Each painting aches with tranquility and intrigue, depicting a voyage into the unknown on the path to a better life. (...)    

COMING THROUGH
by Louis Raymond
Mekong Review
August 2021

(...)    There is a beautiful paradox about landscape painting, which the ancient Chinese painters like Dong Yuan understood very well: while contemplating scenery, you look at your interiority. It reveals an inner emotion that will influence how the viewer perceives the work before their eyes. In front of the same painting, two different people will either tell Bao it’s very luminous or it’s very dark. Although his work—figurative—is very different from that of Soulages, he recognises he took something from Soulages’ meditation on the concept of ‘Outrenoir’. Black is the colour that best reflects the light, found Soulages. In his own ways, Bao perpetuates the dialectics of light and darkness.
   The fact that I’m working on those seas again and again, on something that is literally endless, repeating the same gesture, it makes me progressively slip into a contemplative state. It’s a bit like a mantra that I’m reciting. I feel how small we are in front of the
immensity.’
   Bao says painting brings him humility, but it’s also a release. ‘At times, I start carving the paint gently with the palette knife, and then it becomes like a scream. It’s a very enjoyable feeling!’ Until the end, he’ll maintain this very passionate relationship with the material; then, at some point, it cools down. ‘It leaves me, as if something is all of a sudden pacified between us.  (...)

THE WISDOM AND LIGHT OF DARKNESS :

BAO VUONG'S  MONOCHROMATIC  PAINTINGS
by Florence Tran
Diasporic Vietnamese Artists Network
May 2021

 

    Bảo Vương’s exhibition is an evocation of the perilous escape from Vietnam by sea with his parents (he was only one year old at that time) and 200 other boat-people. At the beginning of the exhibit we are confronted with a large diptych representing the departure, the farewell to Vietnamese land and at the end, on the last painting, the horizon splits a relentless dark sea and sky in a fragile luminous wound. All the scenes are devoid of any boats, silhouettes, faces or human presences …Only the “background” landscape of this journey, the ever changing sea and sky, are painted. This radical esthetical approach has a paradoxical effect. It puts us in the position of these refugees, giving us a glimpse of this long dangerous journey. As we go from one canvas to another, our eyes wide opened facing an uncompromising black sea, we experience a bizarre shift of time and space,  with evanescent visions and sensations arising from the work. (...) Bảo Vương sculpted these multiple and infinite shimmers of the ocean only with his knife and black oil paint, playing along with the reflection of the light, giving it a 3 dimensional quality which contrasts with the sky made out of black thin uniform acrylic painting. More neutral and abstract, this celestial mirror is sometimes inhabited by a few clouds or a single large one from which a few drops of rain weep. (...) Though very abstract, these black landscapes seem haunted by personal and collective memories, as if secret and ghostly presences guided the hand of Bảo Vương – hidden memories which long to surface into light. (...)

LES MERS NOIRES DE LA MÉMOIRE
by Stéphanie Doulot

thegazeofaparisienne.com
December 2020

    « Peindre encore et encore cette traversée est ma manière de me l’approprier, sans doute. Et ça a sans doute aussi fait du bien à ma mère chez qui le traumatisme est probablement encore trop présent, et même tabou : c’est souvent la deuxième génération qui en parle le mieux… C’est aussi cela qui est à l’origine de mon travail : je voulais donner une voix à toutes ces personnes qui n’ont pu parler… ». De là, le choix d’une certaine forme d’abstraction à travers l’enfouissement des formes et leur surgissement sous les empâtements : « dans ces noirs, les gens peuvent voir une certaine noirceur qui leur appartient. » De même que la monochromie, « l’abstraction propose quelque chose mais n’impose pas, elle permet aux spectateurs de s’approprier l’espace peint, de s’y projeter. » « Chaque toile est pour moi une nouvelle proposition » : ici, des nuages évoquant quelque bateaux fantomatiques semblables aux zodiaques utilisés par les migrants ; là, une bande plus opaque ourlant l’horizon pouvant évoquer une bande de terre ou la nuit toujours plus sombre ; ici, une écorchure dans la pâte, une faille de lumière surgissant entre deux masses, telle une lueur d’espoir ou un mirage ?…

GRANDES TRAVERSÉES MÉMORIELLES:

UN ENTRETIEN AVEC L'ARTISTE BAO VUONG
by Louis Raymond
Les Cahiers du Nem
December 2020


(...)    The series of paintings in ANOTHER CROSSING is a projection of the nights in the open seas spent out by his family on the run, the same nights that hundreds of thousands of refugees have lived through the centuries and still know each day. Forsaken in the dark, without no a clue. Darkness increases imminent death and swallows those that have sacrificed and lost everything worth living. Black paint awakens fears associated with the exile, while reflections of light on the paint strokes represent shimmers of hope that give birth to a survival instinct, echoing the promise for a better world.

   The performance piece by Bao Vuong in the exhibition entitled “Nuoc”/ Water is a creation of a graphic work in situ, which will start on the first day of the exhibition and will end four days later. Five days locked, deprived of contact, without food, relying only on the goodwill of the sky to hydrate. It will be a kind of long invocation, an ultimate test, to remember, to be closer to the memory of his parents, and the two hundred people with whom they shared a boat, of their suffering, those of all the boat people and all the migrants. It is for him a necessity, an extreme act to understand, to relive and question, to alert, and to create.   (...)

LE NOIR CATHARTIQUE DE BAO VUONG

by Emma Mercier

Art Hebdomedia

December 2020 

 

    Impossible de ne pas faire le lien entre l’exode des réfugiés politiques vietnamiens des années 1980 et celui des réfugiés politiques et climatiques d’aujourd’hui, ceux qui périssent en mer Méditerranée, ceux que l’Europe peine à accueillir. Adepte d’un artivisme à la Banksy ou à la Weiwei, l’artiste inscrit son propos dans une démarche informative sur la situation des migrants et la nécessité de leur tendre la main. « L’art, que ce soit la littérature, le cinéma, la photographie ou la peinture, nous amène à nous positionner différemment face à la réalité. A travers l’art, elle nous touche autrement, et voilà pourquoi il est si important. N’en déplaise aux temps de confinement, l’art est une nécessité. » Entre passé, présent et avenir, Bao Vuong livre une exposition très personnelle mais au caractère universel, naviguant entre reconstruction, hommage, témoignage, et convictions.

EXHIBITION "ANOTHER CROSSING" BY BAO VUONG 
by Manzi Art Space
hanoigrapevine.com
May 2019

 

     LR:    Quelle a été la genèse, non pas émotionnelle car vous venez de répondre, mais technique, artistique et intellectuelle, du projet « The Crossing » ?
     BV:    J’ai commencé à peindre en utilisant du goudron pour représenter ces personnages, car en fait, nous étions restés très longtemps dans la cale du bateau, près du moteur, où l’odeur du goudron était très forte. C’est comme si cela s’était imprimé dans ma mémoire, et c’est ce que j’ai voulu retranscrire à travers l’utilisation d’une peinture noire et très épaisse.
En voyant mon travail, beaucoup font la référence à Pierre Soulages, mais j’ai l’impression d’être beaucoup plus influencé par Christian Boltanski, par ses installations monumentales sur la mémoire, avec des boîtes en métal ou des vieilles photos de gens qui ont été déportés pendant la Seconde Guerre Mondiale. (..) Je pense aussi à Ai Weiwei, lorsqu’il avait tapissé les piliers du Konzerthaus (l’Opéra) de Berlin avec des gilets de sauvetage en référence aux migrants.
Bien sûr, les artistes qui s’engagent sur la question des migrants sont nombreux. Il suffit de penser à Banksy et au bateau qu’il a affrété pour leur venir en aide, là où les États se sont montrés pour leur part défaillants. Je suis à mi-chemin entre un travail de mémoire et une sorte « d’artivisme », selon le terme qui est consacré aujourd’hui. C’est à dire que je veux tout de même laisser une marge d’interprétation aux gens, ne pas leur asséner quelque chose. (...)